Éditorial

 

(Suite)...

Du temps pour se détendre : faire des promenades, du jardinage, ou des mots croisés, ou que sais-je encore ? Toutes ses activités qui nous permettent de prendre soin de nos corps, de notre santé. De nous poser un peu, de respirer. Temps du repos nécessaire pour se refaire une santé quand le trop plein d’activités a eu raisons peu à peu de nos énergies, de nos motivations, de  notre élan.

Du temps pour soi, pour lire, réfléchir, méditer, se retrouver, faire silence et pourquoi pas prier… autrement, puisqu’on a le temps. Sortir des sentiers battus. Il y a tant de voies à explorer dans la prière. Mais pour cela, il faut prendre le temps de chercher.

Du temps pour regarder, contempler un beau paysage, un monument, un tableau, un œuvre d’art. Du temps pour la culture. Pour le renouvellement  de notre esprit à travers la beauté et la gratuité.

Et aussi du temps pour la rencontre, pour aller vers l’autre : rendre ces visites tant de fois reportées … par manque de temps, mais aussi saisir les opportunités et bénéficier de ces rencontres imprévues mais possibles,  puisqu’on peut prendre du temps. S’arrêter pour écouter, et aussi partager de manière plus spontanée, plus désintéressée. Expérience de la gratuité là aussi, mais avec cette particularité que dans la rencontre avec les autres, elle est une qualité de l’amour, qui est source d’une joie très profonde, et qui nous met sur le chemin du Royaume de Dieu.

L’été nous donne du temps, du temps à perdre, du temps certes que l’on peut gâcher, gaspiller si l’on n’en fait rien de bien. Mais aussi du temps que l’on peut perdre de façon belle, intelligente, bonne pour nous-mêmes et pour les autres. A chacun de faire les bons choix. Bon été à vous tous.

B.C.





Pèlerinage des servants de Saint-Michel

Pendant la semaine de l’octave de Pâques, une dizaine de servants d’autel de la paroisse saint Michel de Dijon est partie en pèlerinage en Italie, accompagné par le père Antoine Amigo.


Notre pèlerinage a commencé à Assise sur les traces de Saint François. Nous avons prié dans la chapelle où le Poverello a reçu sa vocation ; à sa suite, nous avons demandé au Seigneur de nous guider dans notre vocation, en nous montrant ce qu’Il attend de nous, et en nous donnant la grâce d’y répondre joyeusement !

Puis nous avons continué notre route vers Rome. Ce fût pour chacun d’entre nous, l’occasion de découvrir davantage l’Eglise universelle, depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui. Les ruines du Forum nous ont dévoilé la grandeur de la civilisation romaine. A travers ces pierres qui racontent l’histoire, nous avons pu mesurer à quel point ce fût une époque de foisonnements et de bouleversements. Nous avons également été saisis par le contraste avec le christianisme : au milieu de tous ces changements civilisationnels, nous avons pu découvrir la stabilité et la continuité du christianisme au cours des siècles, avec comme centre, le tombeau de saint Pierre où nous avons redit notre foi...

L’audience avec le Saint Père a été un moment privilégié pour nous. Le successeur de Pierre nous a rappelé que notre foi voyait le jour au matin de Pâques, dans le tombeau de Jésus. Notre foi en effet naît avec la Résurrection du Christ. Ce temps place saint Pierre a été pour nous l’occasion de prier pour le diocèse, et tout particulièrement pour notre archevêque, successeur des Apôtres.

Puis nous avons continué notre pèlerinage sur les traces des premiers chrétiens, en visitant les catacombes de Sainte Priscille ; nous avons également eu la grâce d’y célébrer la Messe.

Enfin, nous sommes repartis, faisant une halte à Turin, où nous avons fait connaissance avec Saint Jean Bosco et Saint Dominique Savio. Nous avons prié dans la chapelle Pinardi, première chapelle construite par Don Bosco. Puis nous sommes repartis en direction de la Bourgogne, après avoir mangé une dernière pizza et une dernière glace !

Cette semaine a été pour chacun de nous une semaine pleine de grâce. Elle restera gravée dans nos cœurs et dans nos mémoires.


Mickaël Garreau