(Suite de la première page)


... Se préparer à la fête de Noël, donc. C’est bien. Il faut le faire. Mais l’Avent est plus que cela. Car ce temps nous parle aussi du retour du Seigneur à la fin des temps. Le Seigneur reviendra quand ce sera la fin du monde. Et nous devons préparer ce retour. L’Avent nous invite à voir grand, à voir loin. A rester tendus en avant vers ce retour du Christ qui apportera au monde la plénitude du salut. Ce jour-là nous serons transformés, la création toute entière sera transformée. Nous aurons revêtus l’immortalité. Du moins si nous nous y sommes préparés au long des jours. Si nous sommes entrés nous-mêmes dans ce processus de transformation. La fin des temps viendra achever ce que nous aurons commencé au long des jours. Elle sera vie nouvelle pour ceux qui se seront renouvelés quotidiennement grâce au Christ et à l’évangile. Elle sera résurrection pour ceux qui auront transformé leur façon de penser, d’être et d’agir, selon la parole et la vie du Christ, en suivant son exemple. Cela bien sûr pour ceux qui connaissent le Christ. Et pour les autres, la fin des temps sera aussi vie nouvelle, dans la mesure où ils auront vécu leur existence à l’écoute de leur conscience, et donc dans le désir de ce qui est bien, juste, vrai.

Vous le voyez, le temps de l’Avent est plus, beaucoup plus qu’un temps pour préparer à fêter Noël. Il est aussi le temps qui nous est redonné chaque année pour faire l’option de fond, le grand choix de notre vie : Voulons-nous vivre  cette terre pour nous-mêmes, pour notre confort, notre satisfaction immédiate ? Et aller ainsi à notre perte. Où voulons-nous vivre avec les autres, et pour les autres ; vivre en donnant notre vie, vivre en faisant le bien, vivre en étant au service du bien commun… et gagner le ciel ? Jésus nous dit : «  Qui aime sa vie, la perd. Qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. »  

Ainsi le temps de l’Avent nous rappelle le sérieux de notre quotidien jusqu’au tragique, puisque au jour du jugement notre vécu se révèlera comme le lieu de notre salut, ou au contraire celui de notre perdition.

Comme dit le psaume 89 : « Seigneur, apprends-nous la vraie mesure de nos jours, que nos cœurs pénètrent la sagesse » afin de pas gaspiller le temps qui nous est imparti mais de le rendre productif en semences de vie éternelle. Bon Avent à tous.

B.C.