Sa vie

Née à Avord, près de Bourges, en 1880, où son père est en garnison, Élisabeth Catez (1880-1906) arrive à Dijon, rue Lamartine, en 1882. C'est une enfant pleine de vie, coléreuse même, énergique et délicieuse. Petite fille, très tôt elle connaît la souffrance : son grand-père meurt quand elle a 7 ans, et quelques mois plus tard survient la mort de son père, un père à qui elle se confiera souvent dans la prière.
Madame Catez s'installe alors sur la paroisse Saint-Michel, 10 rue Prieur de la Côte d'Or. La famille : c'est la maman, Élisabeth et, dix-huit mois plus jeune, Marguerite.
Tout près de la maison, un mystère, un attrait : le Carmel (aujourd'hui transféré à Flavignerot, il était alors boulevard Carnot en face de la Synagogue). La paroisse Saint-Michel sera la patrie spirituelle d'Élisabeth pendant douze ans. Les cloches s'entendent très bien depuis la maison. Elle en parle encore la veille de sa mort.

Sa vie est celle de toutes les jeunes filles bourgeoises de son temps. De caractère vif, enthousiaste, elle montre beaucoup de sensibilité. Vers 1891, elle a décidé de se faire religieuse. Sa mère s'oppose à cette vocation si précoce et lui demande d'attendre sa majorité pour entrer au Carmel. "Qu'importe, écrit Élisabeth dans son journal, je puis être carmélite en-dedans."
Des institutrices particulières viennent à la maison. Pour la musique, c'est le conservatoire. Élisabeth excelle au piano. Elle méritera très jeune, à treize ans, le premier prix de piano au Conservatoire de Dijon. Son âme vibrante et poétique s'exprimait dans sa musique.
Quant à l'éducation religieuse, elle est particulièrement soignée. Rien de mieux préparé que la première communion, qu'elle reçoit, en l'église Saint-Michel, le 19 avril 1891 : elle a onze ans. Chaque année, Élisabeth en célèbre l'anniversaire avec ferveur. Sept ans plus tard, en 1898, elle écrit :

En l'anniversaire de ce jour où Jésus fit en moi sa demeure, où Dieu prit possession de mon coeur, tant et si bien que depuis cette heure, depuis ce colloque mystérieux, cet entretien divin, délicieux, je n'aspirais qu'à donner ma vie, qu'à rendre un peu de son grand amour au Bien-Aimé de l'eucharistie qui reposait en mon faible coeur, l'inondant de toutes ses faveurs.

Le jour même de sa première communion, Madame Catez avait conduit sa fille, en "communiante", faire une visite au Carmel. La supérieure révèle à cette enfant le sens de son nom : "Maison de Dieu" ce qui émerveille Élisabeth ... quelle grâce !
Elle reçoit la confirmation à Notre-Dame le 8 juin 1891. A quatorze ans (en 1894), un jour, après avoir reçu le corps du Christ, Élisabeth se sent irrésistiblement poussée à lui vouer toute sa vie et elle prononce un voeu de virginité perpétuelle. Un peu plus tard, son projet de vie religieuse se précisera.

Elle entre dans la vie adulte. Qui est-elle ? Elle le dit elle-même :

Sans orgueil je crois que l'ensemble de ma personne n'est pas déplaisant. Je suis brune et, dit-on, assez grande pour mon âge. J'ai des yeux noirs pétillants, mes épais sourcils me donnent un air sévère. Le reste de ma personne est insignifiant. Je dirai que j'ai un assez bon caractère. Je suis gaie et, je dois l'avouer, un peu étourdie. J'ai bon coeur. Je suis de nature coquette. Il faut l'être un peu ", dit-on. Je ne suis pas paresseuse "je sais que le travail rend heureux ". Sans être un modèle de patience, je sais généralement me contenir. Je n'ai pas de rancune. J'ai mes défauts, hélas peu de qualités !... J'espère en acquérir!

Les années qui restent avant l'entrée au Carmel (1901) sont pour elle des années de mûrissement intense, et Saint-Michel tient une grande place : les paroissiens sont frappés par son exactitude, son maintien et la grâce qui émane de cette jeune fille discrète et fidèle.

L'Eucharistie la fascine !

Vendredi, samedi, dimanche ont lieu les fêtes de l'adoration perpétuelle dans notre paroisse. Je me réjouis d'aller aux complies le soir à 8 heures, je me réjouis de recevoir mon Jésus chacun de ces trois jours, je me réjouis d'aller le prier au pied de son autel et de causer avec Lui dans un doux coeur à coeur! ...

Elle donne beaucoup d'elle-même aux activités paroissiales : retraite pour jeunes filles, choeur de chant, préparation à la première communion de certains enfants, visite à leurs familles, patronage destiné à rassembler des jeunes sans occupation. Elle bénéficie d'une direction spirituelle avisée.

Élisabeth vit "dans le monde" avec beaucoup de réceptions. Ses brillantes qualités la font remarquer. Un parti glorieux lui est offert ... mais elle est déjà fiancée avec le Seigneur des Seigneurs ... Les réunions "mondaines" elles-mêmes sont vécues dans la prière.
Tout est vécu d'avance, dans la prière : en particulier le dernier événement "grandiose" la mission de 1899, prêchée dans toutes les paroisses à la fois par des Pères Rédemptoristes. Elle venait à Saint-Michel trois ou quatre fois par jour. Dans cette vaste église, qui était comble, peu de coeurs ont mieux accueilli la Parole annoncée avec tant de ferveur. Élisabeth remerciait Jésus de sa si grande miséricorde ; elle a intercédé pour bien des pécheurs : son coeur était déjà au Carmel.
Pour entrer au Carmel, Madame Calez avait fixé un âge : 21 ans. Élisabeth vivra silencieusement cette souffrance très cachée ; cette mise à l'épreuve est encore une maturation vécue à fond. Élisabeth appartient tout entière à Dieu.
Le 2 août 1901, elle entre enfin au Carmel:

Nous allons communier à la Messe de 8 heures et, après cela, quand Il sera dans mon coeur, maman me conduira à la porte de clôture ! J'aime ma mère comme jamais je ne l'ai aimée, et au moment de consommer le sacrifice qui va me séparer de ces deux créatures chéries qu'il m'a choisies si bonnes, si vous saviez quelle paix inonde mon âme ! Ce n'est déjà plus la terre, je sens que je suis toute sienne, que je ne garde rien, je me jette en ses bras comme un petit enfant.

Elle gardera au Carmel le prénom de son baptême. Sa vie de carmélite à Dijon ne durera que cinq années. Tout en raccommodant humblement les robes de la communauté, Élisabeth étudie saint Paul. Elle y découvre les mots "être louange de gloire" qui seront l'expression de toute sa spiritualité. Elle écrit beaucoup, à sa famille, à ses amis, et tient un journal spirituel. L'écoute de la Parole de Dieu la conduit au silence intérieur : "Ce n'est pas tout d'entendre cette Parole, il faut encore la garder."

La maladie d'Addison emporte prématurément Elisabeth en 1906, après de grandes souffrances.

 C'est le 21 novembre 1904, juste deux ans avant sa mort, qu'elle écrit la prière à la Sainte Trinité qui résume tout son message spirituel et sa compréhension du mystère de la Sainte Trinité. Elle a été béatifiée par le Pape Jean-Paul II le 25 novembre 1984. Elisabeth de la Trinité était très attachée à l'église Saint-Michel. C'est pourquoi, le 2 décembre 1984, une semaine après sa béatification, une cérémonie présida au transfert des reliques de la Bienheureuse Elisabeth ; elles sont placées derrière, dans la chapelle absidiale nord. Le Carmel avait été transféré à Flavignerot, en 1979, près de Dijon; le Carmel possède une relique de la Bienheureuse.

Au Carmel, des grilles se sont fermées sur elle, mais des traits d'union en nombre infini se sont ouverts entre elle et le monde. Elle a choisi ce chemin pour aller "à la Lumière, à la Vie, à l'Amour". Elle est devenue la soeur de chacun d'entre nous. Élisabeth appartient désormais à l'Église entière.


Le Carmel de Dijon est désormais situé à Flavignerot.
On peut y voir la cellule d’Elisabeth de la Trinité et de nombreux souvenirs de son passage au Carmel.

Renseignements et contacts :
Carmel de Dijon
21160 Flavignerot
carmel.flavignerot@wanadoo.fr
Tél. : 03 80 42 92 38


Pour plus d'informations, consultez : Élisabeth sur le web pourla louange de Dieu Trinité